Énergies renouvelables et efficacité énergétique
Renewable Energy and Energy Efficiency
Recherche













Accueil | Home

 

Pas de transition écologique sans efficacité énergétique

Une rencontre avec les représentants de la Chocolaterie Robert.
Bruno Chrétien d’EXENCI en pleine discussion avec le représentant d’une entreprise malgache.
Le Programme Regional d’Efficacité Energétique (PREE) vise à décupler les économies d’énergies chez les grands consommateurs et les PMEs de la région
Avec quelques réglages il est possible d’améliorer l’efficacité énergétique des équipements, même ceux qui sont vétustes.

Le Programme Regional d’Efficacité Energétique vise à guider les entreprises de la région vers des économies d’énergie. En ce faisant, elles pourront non seulement réduire leurs dépenses fixes mais elles gagneront en termes de compétitivité aussi.

Il est un fait que l’efficacité énergétique, bien réfléchie et exécutée, permet de faire des économies d’énergies non négligeables. Mais comment quantifier les gains potentiels ? Selon des audits énergétiques effectués chez 88 grands consommateurs d’énergie à Maurice entre 2015 et 2017 dans le cadre du Programme National d’Efficacité Energétique (PNEE), l’introduction de mesures d’efficacité énergétique (EE) permettraient de faire des économies de 10 millions d’euros sur une facture totale de 36 millions d’euros, soit des économies d’énergie de l’ordre de 29%, dont 8% de « quick wins » (avec peu ou pas d’investissements).

Appliquées au niveau d’un territoire, ces données donnent matière à réflexion. Mis en œuvre par Business Mauritius et le ministère mauricien de l’Energie et des services publics, le PNEE a démontré que pour mener à bien la transition énergétique, l’EE doit être indissociable des énergies renouvelables.

Inspiré du PNEE, le Programme Regional d’Efficacité Energétique (PREE) vise à décupler les économies d’énergies chez les grands consommateurs et les PMEs de la région à travers notamment des programmes nationaux d’EE qui comprennent des audits énergétiques, des campagnes de sensibilisation, des lignes de crédit, des études de faisabilité et des formations.

Cette initiative, qui est le fruit d’une collaboration entre le programme ENERGIES, mis en œuvre par la Commission de l’océan Indien et financé à hauteur de 15 million d’euros par l’Union européenne, et Business Mauritius, est une illustration éloquente du principe de l’effet multiplicateur. En clair, l’altération d’un ou plusieurs intrants dans un processus peut entrainer des changements significatifs dans le résultat final.

Pour commencer, il est impératif de comprendre les dynamiques et problématiques des secteurs de l’énergie dans chacun des Etats membres de la COI. Pour ce faire, le programme compte sur un outil indispensable : des cartographies détaillées des paysages énergétiques. Celles-ci sont fondées sur une série de visites chez une large base de consommateurs d’énergie par des experts qui intègrent ensuite des données macroéconomiques pour arriver à un instantané de la situation énergétique à l’échelle nationale et, par conséquent, des économies potentielles d’énergie par type d’usage, c’est-à-dire le froid, la vapeur, l’éclairage, etc. 

Une fois rédigé, le rapport des experts, qui prend en considération la capacité technique et les technologies disponibles dans les pays respectifs, fait l’objet de discussions entre les organismes publics et les représentants du secteur privé pour élaborer un programme national et prioriser les mesures à l’échelle nationale adopter pour endiguer les inefficiences. Des comités de pilotage ont été mis sur pied ou sont en voie de l’être dans chaque Etat membre avec le soutien de Business Mauritius. 

« Les cartographies dressent un tableau global de la consommation énergétique dans un pays à travers les différents secteurs pour ensuite formuler un programme pour réduire les inefficiences », explique José Mestre, coordinateur en stratégie énergétique du programme COI-ENERGIES. Deux pays membre de la COI, en l’occurrence Maurice et les Seychelles, ont déjà fait l’objet de cartographies détaillées chez les grands consommateurs ; la première par le biais du PNEE et le deuxième à travers un projet financé par l’AFD.

De fait, le programme COI-ENERGIES a décidé de financer une cartographie détaillée dans les PMEs à Maurice, alors qu’aux Seychelles elle sera axée autour de la réfrigération et de la climatisation, deux pôles d’activités très énergétivores. Un atelier de lancement a eu lieu à Mahé le 27 juillet lors duquel les entreprises intéressées ont été invitées à soumettre leurs propositions pour participer à l’étude technique. Des audits énergétiques seront ensuite effectués dans les entreprises sélectionnées et des recommandations formulées. Des formations en maitrise de l’énergie seront dispensées subséquemment et une assistance mise à disposition pour la mise en œuvre des mesures préconisées.   

A Maurice, la cartographie, qui sera élaborée par EXENCI, cabinet de conseil en énergie durable et efficacité énergétique, sera basée sur un échantillon de 20 à 25 PMEs et comprendra une série de recommandations pour guider les entreprises vers des économies d’énergie en matière de climatisation, d’éclairage et de réfrigération, par exemple. « L’expérience démontre que de nombreuses mesures peuvent être mises en œuvre avec peu ou pas d’investissements. Le programme ENERGIES espère adapter les bonnes pratiques élaborées par le PNEE à Maurice à toute la région. Notre rôle consiste à travailler avec les partenaires locaux, issus aussi bien du secteur public que du secteur privé, pour adapter ce concept à leurs pays », souligne José Mestre.   

A Madagascar, le PREE a été lancé en juin 2018 à l’occasion de réunions avec le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM), les agences gouvernementales et les partenaires de développement. Des visites ont également été effectuées chez des gros consommateurs d’énergie comme la Chocolaterie Robert et la Savonnerie Tropicale par EXENCI toujours. Une prochaine visite devrait avoir lieu en octobre 2018.  Les experts effectueront une première mission de terrain aux Comores en septembre 2018.

En s’attaquant aux inefficiences énergétiques, les entreprises de la région pourront contribuer de façon significative à la transition énergétiques dans leurs pays respectifs.

 
NOUS CONTACTER
Par téléphone: +230 402 6100
Par courriel
   Pour plus d'information
 

Bénéficiares | Beneficiaries

   
         
     
 

Contact

Commission de l'Océan Indien
Blue Tower - 3ème étage
Rue de l’Institut
Ebène
Maurice

Tel : (+230)4026100
Fax : (+230)4656798
Email : secretariat(at)coi-ioc.org