Énergies renouvelables et efficacité énergétique
Renewable Energy and Energy Efficiency
Recherche













Accueil | Home

 

La connaissance mutuelle facilite les échanges

Pour terminer l’année en beauté, le Club des électriciens et le Réseau des régulateurs se sont rencontrés à Maurice les 10, 11 et 12 décembre pour approfondir leur collaboration. La question de la pérennisation de ces réseaux au-delà de la clôture du programme ENERGIES en septembre prochain fut abordée.

2018 fut l’année du Club des électriciens. Crée en janvier, ce réseau, qui regroupe les sociétés nationales d’électricité de la région, en l’occurrence la MA-MWE (Comores), EDF (France/Réunion), la JIRAMA (Madagascar), le CEB (Maurice) et la PUC (Seychelles), s’est rencontré cinq fois au cours de l’année écoulée permettant à ses membres à bien se connaître et renforcer les échanges sur des questions ayant trait à l’insertion des énergies renouvelables dans nos systèmes électriques insulaires. Quoiqu’un peu plus jeune, le Réseau des régulateurs de l’océan Indien a également fait des bonds depuis sa mise sur pied en mai 2018. Pour terminer l’année en beauté, ces deux réseaux se sont rencontrés à Maurice les 10, 11 et 12 décembre pour approfondir leur collaboration. Fait notable, la question de la pérennisation du Club et du Réseau au-delà de la clôture du programme ENERGIES en septembre prochain fut également discutée.

 Selon l’animateur des réunions, Alain Doulet, cette cinquième rencontre qui a vu la participation des Points focaux nationaux, fut l’occasion pour les participants « de commencer à échanger sur le devenir du Club après la fin du programme ENERGIES. Que veulent les membres ? Avec quels objectifs ? Et pour quels résultats ? », d’autant plus que comme le souligne l’animateur, « les deux réseaux ont maintenant trouvé leurs marques et leur rythme de croisière ». Gageons que les prochaines réunions permettront de mieux répondre à ces questions capitales. Cette réunion aura également permis aux sociétés d’électricité de la région de prendre connaissance d’une étude sur les opportunités de production d’électricité à partir de la biomasse dans la région, réalisée par le CIRAD à l’initiative et sur financement du programme ENERGIES.

« Cette étude permet ainsi aux compagnies de se préparer à l’évolution du mix énergétique de leur pays, en identifiant les actions à engager pour permettre cette évolution sans mise en cause de la sûreté de fonctionnement du système électrique », explique Alain Doulet. Les électriciens ont aussi eu l’occasion de partager avec un acteur de la filière automobile mauricien au sujet de la recharge des véhicules électriques, une problématique appelée à devenir de plus en plus en centrale dans les préoccupations des sociétés d’électricité dans les années à venir. Egalement à l’ordre du jour : smart grids, mesures techniques propres à accroître le degré de pénétration des énergies intermittentes, montage de dossier de financement de projet PV de petite taille et électrification rurale très décentralisée.

La troisième réunion du Réseau des régulateurs s’est également tenue en présence des Points focaux nationaux. Suite à une demande des membres du Réseau dans ce sens, une partie de la réunion a été consacrée à un apport sur les questions tarifaires, à partir de documents transmis par le régulateur français de l’énergie, le Commission de régulation de l’énergie. Il a aussi été question de l’organisation pratique du travail sur le grid code, qui sera focalisé sur Madagascar et l’Union des Comores initialement. Les membres des deux réseaux ont eu l’occasion de visiter le centre de contrôle du CEB à Curepipe et la ferme photovoltaïque de 16 MW de Voltas Yellow étalée sur 50 arpents à Solitude

Une visioconférence avec Samson Hadush et Swetha Bhagwat de la Florence School of Regulation (FSR) a permis des échanges sur l’étude financée par le programme ENERGIES sur le cadre réglementaire des pays de la COI. « Ce retour a permis d’échanger sur le contexte réglementaire de développement des énergies renouvelables et sur les conditions d’accès à l’électricité. Une réflexion sur la position du régulateur dans la gouvernance d’ensemble du secteur électricité a été poursuivie », note Alain Doulet avant de conclure que « la connaissance mutuelle des acteurs facilite les échanges et les rend plus efficients ».

D’où l’importance de trouver des solutions pour la pérennisation de ces échanges après la clôture du programme ENERGIES.   

 
NOUS CONTACTER
Par téléphone: +230 402 6100
Par courriel
   Pour plus d'information
 

Bénéficiares | Beneficiaries

   
         
     
 

Contact

Commission de l'Océan Indien
Blue Tower - 3ème étage
Rue de l’Institut
Ebène
Maurice

Tel : (+230)4026100
Fax : (+230)4656798
Email : secretariat(at)coi-ioc.org