Réseau de Surveillance et d’Investigation Epidémiologique
Recherche
 

La Commission de l’océan Indien à l’honneur lors de la 85e Session générale de l’Assemblée mondiale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE)

Le Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI), Hamada Madi, a présenté, le 22 mai à Paris, le dispositif de veille sanitaire de la COI à l’ensemble des représentants des pays membres de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Hamada Madi a rappelé l’origine du projet de  veille sanitaire de la COI, qui remonte à  l’épidémie de chikungunya de 2006. Cette épidémie, qui avait constitué un véritable fléau pour notre région, a donné lieu en 2009 à la mise en œuvre du premier projet de surveillance épidémiologique grâce au soutien de l’Agence française de développement (AFD). A travers ce projet, la COI a créé un réseau régional de Surveillance épidémiologique et de gestion des alertes (réseau SEGA) qui a rapidement montré son utilité en matière de surveillance, de prévention et d’intervention.  

Le Secrétaire général a souligné que le réseau SEGA agit « comme une véritable sentinelle » : avec plus de 250 professionnels de la santé humaine et animale, il anime une veille sanitaire constante, facilite l’échange d’informations, contribue au renforcement des capacités humaines et matérielles, mobilise des expertises scientifiques en situation de crise et surtout conduit une action holistique en liant santé humaine et santé animale.

Hamada Madi a rappelé l’exemple récent de mobilisation du réseau SEGA lorsque la République de Maurice a été touchée en 2016 par une épidémie de fièvre aphteuse qui s’est étendue sur tout le territoire et a particulièrement visé le cheptel de l’île Rodrigues. Le réseau SEGA a permis d’abord de confirmer les suspicions en facilitant la conduite de tests menant au diagnostic. L’Unité de veille sanitaire de la COI et le réseau SEGA sont intervenus aussi matériellement avec l’achat d’équipements et la mise à disposition de 10 vétérinaires malgaches en appui aux services vétérinaires de Maurice.

Comme l’a déclaré le Secrétaire général de la COI « cette action globale en santé publique, à l’échelle régionale, avec le soutien de nombreux partenaires m’apparait tout à fait essentielle : la sécurité sanitaire est une prérequis du développement économique, du progrès social et du respect des équilibres naturels. En cela, la COI participe activement à la réalisation des objectifs de développement durable de la communauté internationale, non seulement en matière de santé, mais aussi en matière de sécurité alimentaire et de lutte contre la pauvreté ».

En marge de la séance plénière, Hamada Madi s’est aussi entretenu avec le Docteur Monique Eloit, directrice générale de l’OIE, et a évoqué l’importance capitale du concept de « une seule santé » (One Health)  pour l’avenir à long terme du réseau de veille sanitaire de la COI. Les deux responsables se sont réjouis en particulier de l’investissement financier de l’AFD qui permet la pérennisation du projet de veille sanitaire et l’adoption durable d’une approche globale en santé publique dans le cadre de la surveillance épidémiologique, mais aussi de la recherche, notamment en matière de résistance aux antibiotiques, de formation et de riposte.

Pour mémoire, l’OIE, créée en 1924 sous l’appellation d’ «Office international des épizooties », est devenu en 2003 l'Organisation Mondiale de la Santé Animale. L’Assemblée mondiale des délégués de l’OIE rassemble plus de 900 participants venant des 180 pays membres de l’Organisation ainsi que des représentants d’organisations internationales et régionales.

 
NOUS CONTACTER
Par téléphone: +230 402 6100
Par courriel
   Pour plus d'information
 

Etats membres

   
         
     

Contact

Commission de l'Océan Indien
Blue Tower - 3ème étage
Rue de l’Institut
Ebène
Maurice

Tel : (+230)4026100
Fax : (+230)4656798
Email : secretariat(at)coi-ioc.org